AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 keep your head up high and your middle finger higher (lip)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
INSCRIPTION : 10/07/2015
MESSAGES : 11
PSEUDO/PRENOM : jo ~ queer nerd
CELEBRITE : tommo
CRÉDITS : voodoo doll + tumblr
AGE : vingt-six ans révolus (toujours douze ans d'âge mental).

MessageSujet: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 22:37

our addictions are our distractions

louis tomlinson



douglas, phillip

nom: douglas, rien de bien particulier. c'est peut-être ni le nom de son père, ni le nom de sa mère mais après tout, il ne connaît pas ses parents. c'est juste écrit dans son dossier, c'est sans doute le gouvernement, l'administration américaine, l'orphelinat, une personne sans visage qui a décidé qu'il se traînerait ce nom-là tout sa vie. ⊹ prénom : phillip et de ce qu'il en sait, c'est sa génitrice qui a tenu à lui donner ce prénom-là. probablement celui de son père, même s'il l'avait sans doute mise à la rue, voire peut-être même reniée. il s'en est fait des histoires de ce genre-là, à propos de ses parents. de sa mère surtout. parce que tout ce qu'elle lui a jamais donné, c'est ce nom-là. phillip. il déteste ce prénom. il se fait appeler lip depuis qu'il est tout môme. certains de ses potes ignorent même son vrai prénom. tant mieux. ⊹ date et lieu de naissance : 18/10/1989 à baltimore d'après ses papiers. c'est tout ce qu'il sait. il n'a eu personne pour lui raconter-là ce jour-là en détails. il ignore s'il faisait beau, ni quelle chanson passait à la radio quand sa mère est arrivée à l'hôpital, ni quelle émission était diffusée à la télé lorsqu'il est né. il ne sait rien de précis. ⊹ âge: vingt-six ans, mais il est bien loin de la maturité que pourrait impliquer son âge. ⊹ nationalité : américaine. ⊹ origines : aucune idée. ⊹ métier/études: aucun diplôme, rien. il aurait pu jouer dans une ligue de baseball pro s'il avait pas déconné. il aurait pu faire des études s'il en avait eu la tune. il aurait pu faire quelque chose de sa vie en se bougeant un peu le cul mais lip a toujours aimé la facilité. il a décroché un job dans le bar du père d'un ami et il amuse la galerie. il est pas trop mauvais, comme barman, mais c'est pas vraiment une vocation. ⊹ situation amoureuse : célibataire. il paraît qu'il aurait peur de l'engagement. on peut tout à fait dire aussi qu'il a un gros problème avec l'abandon. des gens qui ont cherché à lui servir des psychanalyses de comptoir, il en a rencontré plus d'un. il a jamais pu se résoudre à se poser suffisamment longtemps et il a fini par arrêter de discuter. il est aujourd'hui libre comme l'air. ⊹ orientation sexuelle : les labels, les étiquettes, il déteste ça. il aime les gens. il aime leur rire et leurs chagrins, leurs mains et leur rires, leurs courbes et leurs soupirs. il aime la vie et il voit pas l'intérêt de mettre un nom là-dessus. ⊹ groupe : no thks. ⊹ crédits : anaëlle. scénario/inventé : inventé.

little things

il a été trimbalé de famille d'accueil en famille d'accueil avant d'être recueilli par une cinquantenaire un peu excentrique qui ne l'a pas foutu à la porte, contrairement aux autres. il avait quinze ans à l'époque et il était encore en pleine crise d'adolescence. il lui en a fait voir de toutes les couleurs mais elle n'a pas renoncé. ⊹ tout passe avec une petite plaisanterie et un sourire. absolument tout. en tout cas, avec lip. il a un sens de l'humour déplorable, n'hésite pas à user du sarcasme et a un comportement exécrable la majorité du temps. ses amis ont compris depuis longtemps que c'est comme ça qu'il fonctionne mais ça choque un peu quand on ne le connaît pas. on lui a déjà demandé d'être plus sympathique. il répond généralement à ce genre de conseils d'un majeur accompagné d'un grand sourire.  ⊹ il a tendance à lever facilement les yeux au ciel, qu'il soit ou non vraiment agacé. il aime que les gens ignorent sur quel pied danser, ça le fait beaucoup rire.  ⊹ il compte ses véritables amis sur les doigts d'une main. il est très sociable, très extraverti mais il s'arrange toujours pour ne pas trop en dire à son sujet ⊹ il a fumé sa première cigarette à quatorze ans, pour jouer les durs. une belle connerie ⊹ il ne boit jamais pendant le service mais il se rattrape largement après ou lors de ses jours de congés. certaines mauvaises langues prétendent qu'il a un problème avec l'alcool. peut-être bien, ouais ⊹ il fait enrager son coloc, al, en l'appelant toujours par des prénoms différents. ils se connaissent depuis presque dix ans mais il ne se lasse pas de le taquiner avec ça ⊹ il est sans cesse en train de se passer une main dans les cheveux ⊹ enfant, il avait la sale habitude de fuguer chaque fois que ça se passait mal dans l'un ou l'autre de ses familles d'accueil. il a un jour réussi à atterrir à new york en prenant le bus sans que personne ne s'en aperçoive ⊹ s'il déborde souvent d'énergie, c'est parce qu'il s'accorde de longues heures de sommeil et des stages de remise en forme à base de siestes devant la télé chaque fois qu'il en a l'occasion ⊹ il est incapable de cuisiner mais il gravite autour des gens qui le font. il va tenter de goûter à tout, le tout en posant des questions ridicules pour détourner l'attention et pouvoir tremper son doigt dans les casseroles ⊹ il a tendance à masser son genou gauche sans s'en rendre compte. il a eu un accident de voiture au lycée qui a détruit son genou, anéantissant ainsi ses chances de décrocher une bourse pour aller à la fac grâce au baseball. les douleurs ont en partie disparu, elles reviennent de temps à autre et c'est plus machinal qu'autre chose ⊹ il ne conduisait pas, le soir où il a eu son accident. max, son copain de l'époque, se trouvait au volant. il a été tué sur le coup, ce dont lip ne parle jamais. seuls lucy et al sont au courant. c'est un souvenir des plus douloureux mais comme tout ce qui le dérange, lip l'a enfouit profondément dans son esprit. depuis, il n'a plus jamais laissé qui que ce soit prendre le volant ivre, même après un seul verre. il n'a plus non plus partagé sa vie avec qui que ce soit d'autre ⊹ il a le chic pour mettre les pieds dans le plat. c'est très hypocrite parce qu'il n'aimerait pas que ça lui arrive mais il sait mettre le doigt là où ça fait mal et il se gêne rarement pour le faire ⊹ il pourrait avoir une carte de fidélité chez son tatoueuse tant il s'y rend souvent, pour lui ou pour ses amis. il a une relation très particulière au tatouage. certains de ceux qu'il porte ont une réelle signification tandis que d'autres sont simplement des envies, des caprices qu'il s'est offert ⊹ il a un langage des plus imagés ⊹ il a redoublé sa senior year, en grande partie parce qu'il séchait les cours.  rester assis à écouter les profs déblatérer, ça n'a jamais été son truc. vaguement hyperactif et toujours prompt à faire la connerie du jour, il a fallu qu'il se fasse jeter de l'équipe de baseball pour qu'il réalise qu'il ne pourrait pas réussir dans la vie en passant ses journées de classe à fumer des pétards avec al dans sa voiture. il s'est un peu secoué l'année suivante et malgré son accident de voiture, il a réussi à obtenir son diplôme, même s'il a décidé de ne pas aller à la fac ⊹ il n'a connu qu'une seule vraie relation sérieuse. max avait un an de moins que lui et il se cherchait encore quand ils se sont rapprochés. lip a refusé d'aller plus loin tant qu'il n'était pas certain de ce qu'il voulait. un soir, max a débarqué chez lucy, effondré. ses parents ont très mal pris son coming out et ce n'est qu'à l'enterrement de son petit-ami que lip les a rencontré. il est resté en contact avec eux, contre toute attente, et leur téléphone régulièrement ⊹ il s'est essayé au baby-sitting au lycée. cela n'aurait fait que lui rappeler à quel point il aurait aimé avoir une vraie famille quand il était gamin. il a vite abandonné, au profit d'un autre job ⊹ il a une vue des plus merdiques. il porte des lentilles une partie de la journée, au boulot généralement et retrouve ses lunettes chez lui ⊹ il a une faiblesse pour les chats, qu'il refuse d'ailleurs d'avouer parce qu'il sait très bien qu'on pourrait facilement se moquer de lui . ou en tout cas c'est ce qu'il croit ⊹ il aime se foutre de la gueule d'autrui mais il se vexe très facilement quand ça lui arrive ⊹ c'est un vrai jukebox ambulant. il a toujours une chanson aux lèvres et si elle est agaçante, c'est encore mieux ⊹ après le lycée et une fois qu'il a été complètement remis de son accident, il a fait un tour des états-unis avec al durant près d'un an et demi. cela lui a fait grand bien. il a beaucoup grandi durant ce voyage et une fois rentré, il s'est débrouillé pour trouver un boulot décent et un appart pas trop miteux. harry a débarqué dans sa vie à ce moment-là, toute jeune, à peine majeure et le trio s'est formé très vite.  

⊹ bonjour, bonjour  :cute: je m'appelle jo et j'ai la vingtaine. je sais pas vraiment quoi dire à mon sujet mais puisqu'on me dit souvent que je suis un vrai livre ouvert, vous tarderez sans doute pas à en apprendre plus sur moi   petite question, j'ai lu qu'il fallait demander la réservation dans son sujet de présentation donc je suppose que c'est dans cet espace ? ou alors je commence ma carrière de boulet chez vous et je n'ai pas trouvé l'endroit précis   à part ça, je suis tombée amoureuse de vos couleurs, c'est classe. et le headeeeer oh lala    



Dernière édition par P. "Lip" Douglas le Sam 11 Juil - 4:26, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 10/07/2015
MESSAGES : 11
PSEUDO/PRENOM : jo ~ queer nerd
CELEBRITE : tommo
CRÉDITS : voodoo doll + tumblr
AGE : vingt-six ans révolus (toujours douze ans d'âge mental).

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 22:44


tell me more

« Vous êtes bien chez Lucy Donovan, je ne suis pas là pour le moment mais vous pouvez me laisser un message. Peut-être que je vous rappellerai. Si je n'oublie pas – biiiiip ! »

« Bonjour, ici mademoiselle Fitzpatrick, le professeur d'anglais de Lip. Je me permets de vous appeler au sujet ses absences répétées. Il faudrait vraiment que nous nous rencontrions pour en parler avant que les choses n'empirent madame Donovan. Je vous laisse mes coordonnées, vous pouvez me joindre– » Le reste du message, Lip ne l'entend pas, trop occupé qu'il est à chercher une solution. Il est dans les emmerdes jusqu'au cou et cette fois, il a bien l'impression que ses pirouettes habituelles ne le sauveront pas. Lucy ne lui fait pas peur pour autant mais elle impose le respect et il se sent un peu con, maintenant, d'avoir séché les cours aussi souvent. Il est loin d'être idiot, il sait comment ça fonctionne. Il n'ignorait pas que le lycée ou l'un de ses profs finirait par avoir la bonne idée d'appeler à la maison. La maison, voilà comme il appelle l'appartement de Lucy maintenant. La maison. Cela ne lui est jamais arrivé et il relève les yeux, un peu hébété. Ce n'est pourtant pas le problème mais il s'accorde deux secondes de calme. Sauf que Lucy n'a pas l'air disposée à les lui offrir. Elle a coupé la communication avec sa boite  vocale et rangé son portable dans sa poche pour croiser les mains sur la table. Elle l'observe, soucieux, par-dessus ses lunettes rondes. La première fois qu'il l'a vue, Lip s'est dit qu'elle avait tout  d'une vieille folle échappée d'un asile.  Son épaisse tignasse bouclée lui mangeait une partie du visage, ses fringues avaient l'air d'avoir été cousu à la main – ce qu'elle a plus tard confirmé, non sans une once de fierté – et elle parlait vite, en agitant les mains dans tous les sens. Une vraie dingue mais pourtant la femme la plus saine d'esprit et la plus affectueuse qu'il ait jamais rencontré dans toute sa vie. Pourtant, il en a vu du monde. C'est l'avantage d'être un pauvre petit orphelin dont personne ne veut, on devient très tôt un bon juge de la nature humaine à force de croiser des spécimens divers et variés. Lucy est un cas particulier, mais pas pour les raisons qu'il avait imaginé au départ. Elle est douce, attentive. Elle ne l'a jamais forcé à quoi que ce soit, surtout pas à parler. Quand il est arrivé chez elle, Lip l'a soumise au test habituel : le silence. Comme pour chaque nouvelle famille chez qui on l'a placé par le passé, il est resté quelques jours sans piper mot. Elle ne s'est pas inquiétée, elle a même fait la conversation toute seule. Ça a tellement surpris l'adolescent qu'il n'a tenu au final que quarante-huit heures. Un record. Lip est têtu pourtant mais Lucy, elle a un truc. Il ignore quoi mais elle a l'air de le comprendre. Évidemment, là, l'heure n'est pas à la tendresse et à la confidence. Pas que ce soit leur truc de toute façon. « Tu sais, tu pourrais avoir au moins l'intelligence d'imiter ma signature, c'est pas bien compliqué » soupire la cinquantenaire. Elle a même le culot d'avoir l'air réellement agacée. Lip écarquille les yeux, pas sûr de comprendre. « Je croyais que tu avais un peu plus de jugeote Phillip » ajoute-t-elle et il grogne. Ce prénom, il le déteste et elle le sait. Elle n'a même pas demandé pourquoi, comme si elle s'en doutait un peu. Elle a dû le lire dans son dossier. C'est une question que lui ont beaucoup posé les assistantes sociales et psychologues en tout genre. Mais pourquoi Phillip, pourquoi refuses-tu qu'on t'appelle comme ça ? Évidemment la réponse ne les ravit guère. Ils préféreraient sans doute que tout aille si bien dans sa vie qu'il en pisse de bonheur. C'est moche, d'avoir tant de rancœur à l'égard d'une mère dont on ne sait rien. Et justement, ne rien savoir exacerbe son irritation mais le sourire moqueur de Lucy l'apaise un peu. Il hausse les épaules sans rien dire et le silence s'installe. « Tâche d'être présent à son prochain cours. Elle m'a tout l'air d'être une emmerdeuse, elle pourrait t'attirer des problèmes. En appelant les services sociaux par exemple » reprend Lucy en allumant une cigarette. A ces mots-là, il se crispe. Il est là depuis quelques semaines déjà et chose incroyable, il n'a pas encore eu envie de partir. Il sait pourtant ce que ça veut dire si les services sociaux débarquent. On jugera Lucy inapte à s'occuper de lui et il repartira dans une autre famille ou pire, un foyer. Il en a déjà fait l'expérience et inutile de dire qu'il n'a pas vraiment envie de recommencer. Alors il va faire des efforts. Ou essayer en tout cas.


« Salut c'est Al ! Euh, j'suis pas dispo mais vous savez quoi faire ! Biiiiiip ! »

« Donc en plus de te tirer en pleine nuit, t'as pas été foutu de me donner ton vrai nom. T'es vraiment un enfoiré Lip. Ou Al. Peu importe comment tu t'appelles. Et tu sais quoi– » La fille continue avec une tirade des plus colorées qui tire à Al un grognement agacé. Apparemment ce n'est pas la première fois qu'il écoute ce message mais ça n'empêche pas Lip de se tordre de rire sur leur vieux canapé. Il rit tellement qu'il en a les larmes aux yeux et il manque de glisser sur le sol. Son colocataire a l'air franchement moins amusé, lui. « Elle a raison. T'es vraiment un enfoiré Lip » lance le pauvre Al, d'une voix haut perchée pour imiter la dernière conquête de son pote. Celui-ci repart dans un accès d'hilarité qu'il ne maîtrise pas. Il se souvient de cette nana. Plutôt mignonne, plutôt intéressante aussi au premier abord. Il a tiqué quand elle a commencé à partir dans son historique familial et il aurait dû fuir à toutes jambes dès qu'elle s'est mise à expliquer combien Papa est influent dans la bonne société d'Austin mais après une journée de boulot et deux Jack on the rocks, il avait juste envie de s'envoyer en l'air sans trop se poser de questions. Si elle ne l'a pas compris, c'est son problème. Bien sûr, lui donner le numéro de son meilleur pote n'était pas du tout une obligation mais ça le fait toujours marrer. « Mec, un jour je vais avoir un problème avec tes conneries » maugrée le pauvre Al en rangeant son smartphone avec un grognement de plus. Lip essaye de recouvrer son calme mais dès que son regard croise celui de son pote, il éclate de rire à nouveau. Ce n'est pourtant pas la première fois qu'il lui fait ce coup-là. C'est limite une running joke à ce stade-là. « C'est pas comme si ton répertoire était plein à craquer de numéros de nanas » réplique-t-il en s'essuyant les yeux. Il se redresse et lui offre un grand sourire faussement innocent. Al fronce les sourcils et ouvre la bouche en un O parfait, tout à fait offensé. « Je t'emmerde Douglas, je t'emmerde ! » éructe-t-il, parfaite image de la vexation. Il a l'air parti pour un petit réquisitoire mais la porte d'entrée claque, l'interrompant. Le bruit sourd de chaussures qu'on enlève en les lançant se faire entendre, suivi par celui d'un sac qui tombe, plus sourd celui-là. Harry est rentrée.

Un sourire plus tendre naît sur le visage de Lip qui se détourne de son pote pour voir arriver leur colocataire. Elle se traîne au salon, la mine sombre et elle se laisse tomber sur ses genoux avec la facilité qui transpire des habitudes. « Qu'est-ce que je t'ai déjà dit, Alfred ? Surveille ton langage, merde » marmonne-t-elle en attrapant le paquet de cigarettes et le briquet qui traînent sur la table basse. Elle lâche un baiser sonore sur la joue de Lip puis elle se tortille pour trouver une position un peu plus confortable. Ses petites jambes trouvent leur place sur le reste du sofa, sa tête est calée contre le cou de Lip. Elle soupire d'aise une fois sa clope allumée. « Merci de ton soutien Harriet, ça fait chaud au cœur » répond Al en prétendant une fois de plus être vexé. Il murmure dans sa barbe quelques secondes, ce qui attire l'attention de la jeune femme. « Quoi ? Lip t'a encore fait des misères, chaton ? » demande-t-elle. Voilà une question dont elle connaît déjà la réponse. Elle les connaît tous les deux, elle sait qu'ils passent leur temps à se faire de sales coups. Souvent elle aide l'un ou l'autre et elle se délecte du résultat. Parfois c'est elle l'instigatrice d'une crasse. En de rares occasions, ils s'associent pour lui faire payer ses traîtrises tout en sachant que sa vengeance sera terrible. Pour une étudiante en droit, elle peut se montrer particulièrement injuste et tout à fait vicieuse. « Cet abruti a encore donné mon numéro à une nana qu'il s'est envoyé » explique Al en jetant un regard noir à l'intéressé. Lip se mord la lèvre pour ne pas ricaner encore plus. Al a tout d'un petit animal quand il est énervé. Vaguement menaçant mais surtout très drôle. Un chiot. « Tu as sauté dans ton jean juste après avoir l'avoir faite grimper aux rideaux, comme d'habitude hin ? » lance Harry et Lip s'immobilise une seconde. Quand elle fait ce genre de réflexions, il a vaguement l'impression qu'elle lui reproche quelque chose. Ce n'est pas lui qui pourrait la blâmer. Après tout, ils se sont rencontrés comme ça, sauf que sa fuite n'avait pas eu l'air de la déranger quand ils se sont revus après, totalement par hasard. « Fais gaffe, un jour tu pourrais bien tomber amoureux et c'est toi qui te réveilleras dans un lit vide » ajoute-t-elle plus bas. Al n'a pas l'air d'avoir entendu, heureusement. L'imaginer amoureux les fait rigoler comme ça mais ils savent que ce n'est pas beau à voir. Lip gère mal ce genre de sentiments ou ses sentiments tout court, plutôt. Il sait que tout a une date d'expiration et c'est sa plus grande angoisse. Il préfère tout gâcher dès le départ plutôt que d'attendre comme un con qu'on le laisse sur le côté de la route, comme c'est déjà arrivé tant de fois. Il a cessé d'espérer que qui que ce soit reste. En même temps, qu'a-t-il à offrir ? Il a vingt-six ans et il vit dans un appartement qui a tout d'une garçonnière. Il a un boulot complètement merdique, même s'il lui plaît. Il n'a pas de famille, à part tante Lucy qui n'est pas vraiment sa tante d'ailleurs. Il préfère les vannes pourries et le sarcasme aux discussions sérieuses, et si l'Homme n'avait pas mis au point la contraception, il serait sérieusement dans la merde. Il n'a rien à offrir, si ce n'est la médiocrité.

Des doigts qui puent le tabac attrapent son menton et il se trouve forcé de regarder Harry droit dans les yeux. Cette fille est une vraie plaie et Lip n'est pas du genre à se laisser dicter sa conduite, mais elle arrive à faire de lui ce qu'elle veut généralement. « Quoi ? » coasse-t-il, la voix un peu rauque. Elle penche la tête sur le côté et elle fronce les sourcils, presque comme si elle cherchait à lire en lui. Ce qu'elle est probablement en train de faire, en fait. « Je sais pas ce que t'as mais va vite falloir te secouer, parce que t'as rendez-vous je te rappelle » fait-elle puis elle tire sur sa cigarette. Sa fumée envahit Lip. Il a l'habitude, tellement l'habitude qu'il a arrêté de trouver ça sexy. Il lui vole sa clope et elle proteste faiblement. De toute façon, c'est son paquet à lui, Harry doit le savoir. « Tu veux m'accompagner ? Laisse-moi deviner, tu vas en profiter pour supplier Amy de te glisser entre deux clients. Ça va être quoi cette fois, une étoile derrière l'oreille ? Un papillon sur l'index ? » se moque-t-il, retrouvant sa bonne humeur. Lip et les tatouages, c'est une grande histoire d'amour. Il a contaminé Harry au fil des années mais elle a beau se prétendre rebelle, elle reste une fille à papa bon chic, bon genre. Ses tatouages à elle sont cachés ici et là, dissimulés dans des endroits insoupçonnables. La seule raison pour laquelle il sait, lui, où ils sont, c'est parce qu'il était là chaque fois qu'elle s'est faite tatouée. « Ta gueule Lip » souffle-t-elle en reprenant la cigarette. Elle enfonce l'index de sa main libre dans sa joue pour faire bonne mesure et Al, à l'autre bout du canapé, reprend vie en l'entendant jurer. « Qu'est-ce que je t'ai déjà dit Harriet ? » Mais il n'a pas le temps de finir sa phrase. « Ta gueule Alphonse ! » ricane Harry et le pauvre garçon en est réduit à murmurer pour lui-même à propos de cette sale manie qu'ont ses colocataires de prétendre ne pas connaître son prénom. Lip secoue la tête, amusé. Il n'a peut-être ni parents, ni frère ni sœur mais ces deux-là sont une vraie famille, aussi compliqué que ça puisse sembler.


« Ici Lip. Démerdez-vous avec la messagerie. Biiiiiip ! »

« J'arrive pas à croire ce que je vais dire mais putain Lip, je suis inquiète. T'es passé où ? Personne t'a vu depuis que tu t'es tiré avec le mec d'hier soir. Personne bordel. J'ai même appelé Lucy. T'es où bordel ? Rappelle-moi dès que tu as ce message, crétin, avant que j'appelle les flics » La tonalité qui signale la fin d'un message retentit dans ses oreilles et il lâche le téléphone avant d'enfouir sa tête dans l'oreiller. Oh merde. Merde, merde, merde. Cet oreiller n'est pas à lui, il n'a pas l'odeur de son lit et à en juger par le bras étendu dans le bas de son dos, il n'est définitivement pas dans son lit. Lip couche peut-être à droite, à gauche mais il sait être prudent. Jamais il ne ramènerait quelqu'un chez lui. Et puis Harry lui a laissé un message des plus éloquents. Il n'est pas chez lui, il n'est pas non plus chez Lucy. La panique le secoue sans prévenir et il frissonne violemment. Le corps à côté du sien bouge. Un grognement rauque se fait entendre et Lip cesse tout mouvement, tout début de tentative de fuite. Il compte mentalement jusqu'à dix avant de tourner lentement, très lentement la tête. Une masse de cheveux lui obstrue en partie la vue, il aperçoit une épaule, le début d'un bras bien trop musclé pour appartenir à une femme. Sauf s'il a atterri dans le coin des footballeuses du campus qui fréquentent activement son bar le samedi soir. Ça grogne à nouveau et là, plus de doute, c'est un mec. Lip est presque soulagé. Il a remarqué que certains garçons prenaient bien mieux les départs à la sauvette qu'une majorité de filles. C'est bête, c'est sexiste et il ne pourrait pas l'expliquer mais ce matin, cela pourrait bien lui sauver la mise.

Avec une délicatesse qui ferait pâlir de jalousie la princesse au petit pois, il se dégage de l'étreinte de son partenaire d'une nuit et il quitte le lit, encore un peu groggy. Il s'arrête au premier pas en réalisant qu'il porte encore son jean de la veille. Ça, ce n'est pas normal. Lip n'est pas un adepte de la galipette tout habillé, ce qui n'est guère surprenant quand on connaît son penchant pour la nudité. Il sait se débarrasser de ses fringues plus vite que son ombre, alors il y a un truc qui cloche avec ce pantalon. Il baisse les yeux et il contemple stupidement ses jambes couvertes. « Tu comptes rester planté là longtemps ou tu vas finir par filer à l'anglaise ? » demande-t-on depuis le lit. Lip sursaute et il rougit, comme un gamin qu'on aurait pris sur le fait. Instinctivement, il se félicite en découvrant le visage du mec. Il a beau avoir les plis des draps imprimés sur la joue, il est vraiment mignon. Adorable même. Pas vraiment son type mais il a l'intime conviction que ce garçon-là est le type de tout le monde. « Je peux te faire du café si tu veux. Et des pancakes » propose-t-il en se levant à son tour. Il est à peine moins habillé que Lip mais ce dernier reste convaincu qu'il s'est passé un truc pas net cette nuit. Ou surtout qu'il ne s'est rien passé du tout. Mais personne ne saurait dire non à des pancakes et si on lui demande, il dira que c'est ce qui l'a convaincu de rester.


« Coucou, c'est Harriet ! Je ne peux pas répondre mais laissez donc un message et je vous rappelerai, promis ! Biiiiiip ! »

« Euh, Harry ? J'ai, euh, j'ai récupéré un portable, enfin quelqu'un a laissé un portable chez moi et ce numéro est le dernier à avoir été composé alors, euh… je sais pas, rappelle-moi, qu'on s'arrange pour que je te le rende. Ou à son propriétaire, je sais pas…  » Elle lui a fait écouté ce message au moins quinze fois de suite mais il n'a rien osé dire encore. Il est tétanisé par la voix tremblante, la maladresse dans le ton de ce garçon. Merde, est-ce qu'il est majeur au moins, avec une voix pareille ? Il avait rien d'un môme, physiquement en tout cas, pour ce que Lip en a vu. Il est à peu près certain de ne pas l'avoir vu complètement à poil parce que ses souvenirs de cette nuit sont vraiment confus mais il est certain qu'il s'en souviendrait s'il lui avait sauté dessus. « Tu vas te décider à le rappeler, oui ou merde ? » demande Harry. Elle commence à perdre patience visiblement mais il lui sert un haussement d'épaules pas convaincu. Ce n'est pas qu'il n'a pas envie de revoir ce type. Enfin un peu, quand même. Ce n'est pas dans ses habitudes de rappeler les gens avec qui il passe une nuit justement parce qu'il ne veut pas passer plus d'une nuit avec eux. Ils s'amusent, ils baisent et ça s'arrête là. Cette fois il a commis une erreur en oubliant son téléphone et cela le terrifie. La vérité, c'est surtout qu'il n'ait pas couché avec ce mec qui l'angoisse. Qu'est-ce qu'il pourrait bien lui dire ? Salut, merci de m'avoir laissé pioncer dans ton lit, dommage qu'il ne se soit rien passé de plus et à la prochaine ? Ouais, non, pas du tout son style. « Si je te connaissais pas par cœur, je dirais que t'as la trouille de le revoir » remarque Harry, tapant dans le mille comme toujours. Il lui envoie l'un de ses oreilles à la tronche et elle l'évite habilement en se tournant sur le lit défait. Elle a débarqué dans sa chambre en prétendant vouloir regarder un film mais au lieu de ça, elle lui a servi ce message à la con et ses précieux conseils. Tu parles d'une amie. « Quoi, il t'a chamboulé à ce point ? » glousse-t-elle en se redressant sur ses coudes. Il se crispe, mâchoire serrée et regard noir. « Ta gueule Harry » réplique-t-il, inutilement acide. Elle lève les yeux au ciel et elle lui offre son majeur pour toute réponse. Ce n'est pas méchant, cela fait partie de leur relation mais d'habitude, ils en rigolent. Lip n'a pas envie de rire cette fois. « Sérieux Lip, qu'est-ce qui s'est passé ? T'as eu une panne, c'est lui ? Y'a un truc qui va pas » reprend-t-elle en s'installant sur lui. Harry est une fille tactile, il est habitué mais il n'a pas envie de ça aujourd'hui. Il essaye de la repousser mais elle s'accroche et ils roulent un instant sur le lit. Elle enroule ses jambes autour de son bassin et il capitule avec un grognement furieux. « Parle-moi Lip » souffle-t-elle. Elle dégage sa frange de son front et caresse sa joue, soucieuse. Le jeune homme soupire, conscient que sa meilleure amie ne lâchera pas le morceau comme ça. Dommage. « Il s'est rien passé. Rien du tout » avoue-t-il. Elle met une bonne minute à comprendre et tout à coup, ses yeux s'agrandissent lorsqu'elle réalise ce qu'il veut dire. Génial. Soit elle va éclater de rire, soit elle va demander des détails. Il préférerait de loin qu'elle se foute de sa gueule mais bien sûr c'est trop en demander. « Mais, mais, mais Liiiiip ! Tu as passé la nuit chez ce mec, vous avez fait quoi ? Binge-watcher Friends ou quoi ? Hé, sérieux, Lip ! » insiste-t-elle avec un coup de poing pour son épaule. Il lève les yeux au ciel avec un soupir. Cette fille est une vraie plaie. « On a parlé, je crois. Je sais plus, j'avais bu » marmonne-t-il. C'est une moitié de mensonge, parce qu'il se souvient plus ou moins de la longue, très longue discussion qu'ils ont eu. Certains des détails lui échappent encore mais il a une idée assez claire de ce qu'il a ressenti pendant une bonne partie de la nuit. Lip a beau être un garçon extraverti, il a peu d'amis. Peut-être parce qu'il se confie peu ou parce qu'il fait difficilement confiance. Il n'avait aucune raison de s'épancher avec ce mec, vraiment aucune. Pourtant il l'a fait. Il n'est pas sûr de le regretter mais il sait qu'il n'est pas prêt à lui faire face de sitôt. « Merde, Lip » murmure Harry. Elle le connaît par cœur, elle sait combien il peut être difficile. Il lui adresse un pauvre sourire puis il baisse les yeux, vaguement honteux. « Faut quand même que tu récupères ton portable, bébé. Appelle-le au moins » propose-t-elle comme si c'était le truc le plus facile du monde. L'appeler et puis quoi ? Alarmé, il secoue la tête. C'est hors de question et elle devrait le savoir. « Ça va pas, je connais même pas son nom. Non, toi, tu vas l'appeler et tu vas récupérer mon portable » décrète-t-il. Pour une fois, Harry ne proteste pas, au grand soulagement de Lip. Non, il n'a pas envie de revoir ce mec. Pas après tout ce qu'il a pu lui dire. De toute manière, il doit certainement le prendre pour un pauvre mec ou pire, pour un dingue. Inutile de s'infliger ce genre d'humiliations.




Dernière édition par P. "Lip" Douglas le Sam 11 Juil - 4:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 17/06/2015
MESSAGES : 81
PSEUDO/PRENOM : velvety, marine.
CELEBRITE : emilia clarke.
CRÉDITS : somptuous reign.
AGE : vingt-six ans.

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 22:45

bieeeenvenue parmi nous. I love you le pseudo. :bave: c'est bien ici que tu peux demander une réservation. j'suis actuellement sur mon portable mais une autre gentille admin te le réservera sans soucis. I love you si t'as besoin d'autre chose, n'hésite pas. sur ce, bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 10/07/2015
MESSAGES : 11
PSEUDO/PRENOM : jo ~ queer nerd
CELEBRITE : tommo
CRÉDITS : voodoo doll + tumblr
AGE : vingt-six ans révolus (toujours douze ans d'âge mental).

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 22:54

la jolie emilia merci, c'est super gentil et je vais donc attendre que quelqu'un d'autre passe pour la réservation alors :koeur: merci du renseignement, j'avais la trouille d'avoir manqué un truc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 17/06/2015
MESSAGES : 81
PSEUDO/PRENOM : velvety, marine.
CELEBRITE : emilia clarke.
CRÉDITS : somptuous reign.
AGE : vingt-six ans.

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 23:09

t'inquieeetes, puis on est super gentil donc ça aurait pas été grave dans le cas contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 28/06/2015
MESSAGES : 121
PSEUDO/PRENOM : Heisenberg.
CELEBRITE : Aaron Paul, bitch.
CRÉDITS : Milou, tumblr.
AGE : 28 ans.

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 23:19

Bienvenue à toi jeune homme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 20/06/2015
MESSAGES : 222
PSEUDO/PRENOM : teambullshit/mélody
CELEBRITE : Andy Biersack
CRÉDITS : Ekkinox
AGE : 25 ans

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Ven 10 Juil - 23:22

je fais ça tout de suite :koeur:

bienvenue !! en plus louis :koeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 01/06/2015
MESSAGES : 217
PSEUDO/PRENOM : deep inside/Julien
CELEBRITE : Chord Overstreet
CRÉDITS : deep inside
AGE : 27 ans

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Sam 11 Juil - 0:09

LOUIIIIIIIIIIIS
Bienvenue à toi, si tu as besoin de quoi que ce soit n'hésite pas le staff et là et nos boites mp sont entièrement ouverte
A très vite beau gosse :sex:

_________________



I've got thick skin and an elastic heart
But your blade it might be too sharp
I'm like a rubber band until you pull too hard
I may snap and I move fast
But you won't see me fall apart
Cause I've got an elastic heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 10/07/2015
MESSAGES : 11
PSEUDO/PRENOM : jo ~ queer nerd
CELEBRITE : tommo
CRÉDITS : voodoo doll + tumblr
AGE : vingt-six ans révolus (toujours douze ans d'âge mental).

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Sam 11 Juil - 2:35

merci, vous êtes adorables et super sexy en plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 01/06/2015
MESSAGES : 217
PSEUDO/PRENOM : deep inside/Julien
CELEBRITE : Chord Overstreet
CRÉDITS : deep inside
AGE : 27 ans

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Sam 11 Juil - 11:56


validation
welcome home !


C'est officiel... T'ES DES NÔTRES!
Permets moi de te dire que ton histoire est petit avis sympa sur l'histoire ! J'ai bien hâte de voir évoluer ton personnage
Maintenant t'es officiellement un(e) habitant(e) de Townson (ou de Baltimore, ça marche aussi) ! On sait tous qu'une vie sans amis c'est pas hyper intéressant c'est pourquoi on te propose d'aller te faire une fiche pour les répertorier et aussi pour les trouver parce qu'ils tombent pas des arbres encore malheureusement Et sinon, t'es maintenant libre dans le forum, tu peux aller flooder et jouer mais surtout rp ! On espère que tu t'amuseras parce que c'est notre volonté première et on te dit encore merci pour ton inscription


_________________



I've got thick skin and an elastic heart
But your blade it might be too sharp
I'm like a rubber band until you pull too hard
I may snap and I move fast
But you won't see me fall apart
Cause I've got an elastic heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
INSCRIPTION : 10/07/2015
MESSAGES : 11
PSEUDO/PRENOM : jo ~ queer nerd
CELEBRITE : tommo
CRÉDITS : voodoo doll + tumblr
AGE : vingt-six ans révolus (toujours douze ans d'âge mental).

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   Sam 11 Juil - 13:18

merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: keep your head up high and your middle finger higher (lip)   

Revenir en haut Aller en bas
 
keep your head up high and your middle finger higher (lip)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Jeu de pirates : Legend of the high seas ?
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRY A LITTLE TENDERNESS :: It's your story :: présentations :: présentations validées-